Accéder au contenu principal

L'effet d'appropriation

La télé, on y joue et on y gagne parfois de gros lots.  Imaginez que vous ayez gagné soit une croisière soit le contenu de la boite mystère.  Que choisirez vous?
Rassurez-vous quoi que vous choisirez, vous serez satisfait.  Non pas à cause du contenu de la boite mystère rassurant ou décevant, mais parce que notre système cognitif est biaisé pour nous convaincre que nous faisons toujours les bons choix.
C'est à dire que
deux options jugées équivalentes, cessent de l'être dès lors qu'on en choisie une. Cette dernière devient rétroactivement préférable à l'autre.  Nos choix renforcent nos préférences.

Ainsi, lors du jeu télévisé, si au moment de récupérer les billets de la croisière on proposais de prendre la boite mystère contenant assez d'argent pour payer les billets, nous prendrions quand même les billets.

Nous désengager coûte.  Cela explique aussi notre réticence instinctive au changement.  En d'autres termes,
"Être conservateur c'est faire des économies cognitives".
Des expert en visite à Fukushima après l'accident de la centrale nucléaire Daiichi (March 2011)
Un exemple, Il est plus facile à Allemagne de renoncer à son intention de se lancer dans le nucléaire, qu'au Japon de faire marche arrière. Et pourtant les risques d'accidents géologiques sont plus importants au Japon qu'en Allemagne.

Quand détenir coûte

Richard Rosett était un professeur d'économie (notamment du futur directeur de l'école de Chicago R. Thaler) et un grand collectionneur de vin.

Il enseignait que les agents économiques étaient rationnels et que leur but était de maximiser leurs profits. Cependant, lui-même ne payait jamais plus de $35 pour une bouteille de vin et il ne la revendait jamais à moins de $100. 
L'écart de $65 entre le prix d'achat et le prix de vente ne peux pas s'expliquer rationnellement.   Le simple fait de détenir une bouteille ne devrait pas en augmenter la valeur. Or c'est ce qu'a déduit Thaler du comportement de son professeur.

En théorie, les marchandises s'échangent sur les marchés comme des jetons de casinos.  Elles se retrouvent aux mains de ceux qui peuvent en tirer le plus de profit. 
Vermon Smith montra que les jetons de casino s’échangeaient comme le prédisait la théorie.  
Kahneman reproduisit l'expérience avec des tasses décorées.  Dans ce cas les échanges ne se faisaient pas comme prévu.  Les acteurs qui détenaient les tasses demandaient un prix plus élevé que ce qu'ils étaient prêt à payer eux même elle.
Comme Richard Rosett, les acteurs de cette expérience cherchaient à se faire payer pour l'usage ou la propriété de la tasse.

Ce qui fait le professionnalisme des commerciaux, c'est qu'ils sont capables de plus de détachement par rapport au marchandises qu'ils échangent.  Ils ne demandent pas de payer pour la possession ou l'usage d'un objet (autre que l'argent).  Ils sont donc beaucoup plus efficaces.



Notes de lecture §27 de "Thinking fast and slow" de Daniel Kahneman, 2011.


Commentaires

Posts les plus consultés de ce blog

La résistance contre l'occupation coloniale en Région forestière. Guinée 1800 -- 1930

De Jean-Marie Doré
Dans le livre "La résistance contre l'occupation coloniale en Région forestière"de l'ex-premier ministre Guinéen Jean-Marie Doré nous raconte les batailles, les ruses, les alliances, les tactiques et le courage déployés  par les peuples forestiers pour freiner l'invasion de leur territoire par les Français.
Les premiers chapitres retracent l'histoire et les origines des peuples de la zone forestière.  Ainsi, les manon  seraient des descendants des Soumaoro Kanté qui perpétuèrent le prestige du grand roi forgeron malgré sa défaite contre SoundiataKeita.
Les chapitres suivants montrent comment le Liberia a été incapable de jouer son rôle de nation indépendante  et soit disant favorable à la cause des africains.  La jeune nation se déclare maître d'un immense territoire qui comprend toute la zone forestière.  Malheureusement, au lieu de traiter d'égal à égal avec les puissances européennes, le Liberia essaye de les singer et se fait dépo…

La théorie des perspectives

Notes de lecture #26 de "Thinking fast and slow" de Daniel Kahneman, 2011, chapitre 24, Partie 3
C'est au cours de promenades régulières, dans les montagnes Suisses, que Daniel Kahneman et Amos Tversky élaborèrent la théorie des perspectives (marcher semble-t-il fait réfléchir).  Ils discutaient des conditions influençant la prise de risque.  En pensée, ils expérimentèrent plusieurs scénarii de prise de décisions. Ils se rendirent compte que lorsque l'enjeu du pari était présenté sous forme de gain, ils aimaient prendre plus de risque que nécessaire ; et au contraire, lorsque le même pari était énoncé en mettant en avant les pertes, ils prenaient rarement assez de risque.

Une théorie en trois pas Ils modélisèrent la prise de décision en situation incertaine, celons les trois critères suivants: Un point de référence:la perception d'un gain ou d'une perte se fait toujours par rapport à un point de référence.  Le point de référence est souvent le statu quo.  Mais…

L'erreur de Bernouilli

Notes de lecture #25 de "Thinking fast and slow" de Daniel Kahneman, 2011, chapitre 24, Partie 3  Au début des années 70s, Amos Tversky  et  Daniel Kahneman commencèrent à s’intéresser aux hypothèses de la théorie économique. Ils reprirent le travail de Bruno Frey, un économiste Suisse, tout en ayant à l'esprit l'approche  psychophysique de  Gustav Fechner. Avec cette approche, ils étudièrent l'influence de la subjectivité (de la perception) sur la prise de décision économique car les résultats y sont mesurables et quantifiables.

L'historique de la théorie de l'attenteAu XVIIème siècle, un génie des maths que Voltaire trouvait peu philosophe mais très pieux, Daniel Bernoulli, développe la théorie de l'attente morale. Il est le premier à formaliser l'idée qu'une même quantité d'argent peut avoir de multiples utilités.  Il explique que l'attente morale (notre perception de l'utilité de la monnaie) dépend de la quantité d'argent …